Mia Moké, la 1ère application ludo-éducative africaine pour apprendre l’écologie

14910507_1271921586183032_3186551658036685379_n

Venue tout droit du Sénégal, l’héroïne Mia Moké (« moké » veut dire petit en lingala) a été lancée par l’agence de communication Advise investie par une vocation pressante: faire passer un message aux jeunes générations concernant les enjeux environnementaux et culturels qui se jouent au quotidien au Sénégal.

Créée en 2011 par quatre personnes dont Karim Gadjigo, un franco-sénégalais au parcours de communicant, Mia Moké est une petite fille qui partage avec les enfants ses aventures éducatives sur différents supports: via une application mobile, mais aussi via des moyens plus traditionnels comme la bande dessinée.

L’apparition de cette petite héroïne au Sénégal répond à un besoin grandissant d’une meilleure représentation des enfants noirs dans la culture populaire, à la place des marques comme Hello Kitty ou Barbie qui ne ressemblent en rien aux enfants du Sénégal. A travers le personnage de Mia Moké, les enfants peuvent mieux se projeter en s’identifiant et donc assimilent de manière plus efficace les messages et les valeurs véhiculés dans ses aventures.

15025524_1278342875540903_6002535596296306749_o14940194_1278342512207606_8492041749419851997_o14991144_1278342855540905_4708650270486806189_o

Une conscience écologique accessible aux enfants

L’histoire se présente ainsi: Mia Moké vit dans un village où les gens trient leurs déchets. Objectif: sensibiliser et conscientiser les jeunes esprits à l’écologie en présentant des méthodes durables à travers les aventures de Mia Moké.

Car Karim Gadjigo a pu le constater: sur le continent africain les questions écologiques sont loin d’être perçues comme une priorité. Les gens continuent de jeter leurs déchets par terre et les enfants manquent de pédagogie préventive à cet égard. Il y a un réel besoin de faire naître une conscience écologique au sein de la population. De même, le choix d’un village plutôt qu’une grande ville n’est pas anodin: la nature y est valorisée. La 1ère application de Mia Moké a été développée sous le thème de la déforestation. Les enfants peuvent y apprendre de manière ludique ce que la nature nous apporte et comment la protéger au mieux.

interface_appliappli_moustique

Un projet complet, ludique et ambitieux

Comprenant une application pour les tablettes, le projet Mia Moké allie numérique et supports plus traditionnels. L’application comprend un quizz, des énigmes à résoudre, un karaoké, un éco-dico avec des explications sur la faune et la flore… L’interface présentée sur les visuels est très agréable. L’application pour tablette est disponible en téléchargement sur l’App Store a 3,99€ (bientôt sur Androïd). Le choix de l’intéractivité est très pertinent pour se tourner vers l’avenir.

Cependant, pour palier à un accès aux tablettes encore limité mais en pleine croissance (50 millions de tablettes aujourd’hui en Afrique), Mia Moké se décline aussi en bande dessinée et en livres de coloriage disponibles dans quatre librairies à Dakar au prix de 2500 FR CFA (3,81 €). Il existe même un kit pour faire pousser un arbre avec des graines qui coûte 3500 FR CFA (5,34€).

mia_-_eco_bd13404050_1130682773640248_5634667680296701596_o14138239_1199508770090981_3531912046580864024_o

Et la suite? Vous retrouverez bientôt Mia Moké en dessin animé avec la préparation de 30 épisodes, un jeu vidéo, deux nouvelles applications pour tablettes sur les thèmes de la biodiversité marine et la pollution, notamment celle liée au plastique.

L’agence Advise souhaite mettre l’accent sur la proximité avec les associations de défense de l’environnement avec qui elle travaille (ex: Nébéday) et démocratiser le projet sur les supports accessibles au plus grand nombre. Il manque encore des fonds pour étendre l’application aux mobiles, mais l’agence Advise souhaite rester indépendant et ne pas dépendre de subventions. A suivre de près!

D’après des propos de Karim Gadidjo recueillis par Les observateurs France 24.

Plus d’infos:

 La page facebook Mia Moké

Cet article paru sur les Obervateurs France 24

 

Leave a comment

Your email address will not be published.


*